Lettre d’un chien euthanasié à son maître irresponsable l’ayant abandonné : « Je suis mort aujourd’hui »

Peut être que peu de gens le savent, ou plutôt qu’ils ne veulent pas le savoir, mais abandonner des animaux, même dans un chenil, peut avoir des conséquences graves et dramatiques.

C’est d’ailleurs un refuge en Belgique (la SPA Mouscron) qui a écrit cette lettre au nom d’un chien qu’ils n’ont par malheur pas réussi à faire adopter : car oui, il faut savoir que quand les fourrières pour animaux sont débordées et saturées, certains animaux sont malheureusement euthanasiés.

Car c’est triste mais les arrivés de nouveaux animaux abandonnés ne sont parfois pas compensés par les adoptions, et c’est un crève-cœur pour les refuges que de devoir sacrifier des animaux pour pouvoir en accueillir d’autres (même s’ils auront peut-être plus de chances d’être adoptés).



Bien qu’ils soient contraints et forcés de le faire, ils veulent dénoncer pourquoi ils y sont obligés. Et c’est pour cela qu’ils ont écris cette lettre, pour honorer la mémoire de ce chien et de tous les animaux qui ont dû subir cette extrémité à cause de maîtres irresponsables les prenant pour des jouets jetables :

« Je suis mort aujourd’hui. Tu en as marre de moi et tu m’as emmené à la fourrière. Ils étaient surchargés, et j’ai été malheureux.

Je suis dans un sac en plastique noir dans une décharge. Un autre chiot recevra ma laisse mal utilisée que j’ai laissée. Mon collier était sale et trop petit, mais tu me l’as pris avant de m’envoyer ici.

Je serais toujours à la maison si je n’avais pas mâché ta chaussure ? Je ne savais pas ce que c’était, mais c’était en cuir, et c’était par terre. Je plaisantais, c’est tout. Tu as oublié d’acheter des jouets pour moi.

Je serais toujours à la maison si j’avais été domestiqué ? Me frotter le nez sur mon pipi m’a juste gêné d’avoir le nez mouillé. Il y a des livres et des professeurs d’obéissance qui m’auraient appris à apprendre à sortir.

Je serais toujours à la maison si je n’avais pas apporté des puces à la maison ? Sans médicaments anti-puces, je ne pourrais pas les enlever après que tu m’as laissé dans le jardin pendant des jours.

Je serais toujours à la maison si je n’avais pas fait d’aboiements ? J’avais juste peur : « je suis seul, je suis là, je suis là ! Je veux être ton meilleur ami. »

Est-ce que je serais toujours à la maison si je t’avais rendu heureux ? Me battre ne m’a pas fait apprendre.

Est-ce que je serais toujours à la maison si tu avais le temps de prendre soin de moi et de m’apprendre ? Tu ne m’as pas fait attention après la première semaine, mais j’ai passé tout mon temps à attendre que tu m’aimes. Je suis mort aujourd’hui.

Ton chien »

Si vos pensées vont aussi pour ce pauvre chien euthanasié parmi tant d’autres, n’hésitez pas à laisser un commentaire et à partager cette histoire autour de vous.

Source

N'hésitez pas de partager et d'ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *