Peu de temps après la naissance, le malheureux éléphanteau est maltraité avec des lames. Des années plus tard, ils le forcent à entrer dans l’arène.




Un travail de routine au Center for Elephant Conservation en Floride (USA) : un malheureux éléphanteau est attaché au sol, entouré de gardes qui le maltraitent avec des cordes et des bâtons. Il est absolument croyable que des choses pareilles se passent au sein même d’infrastructures portant le blason « protection des éléphants ». Le fait est que derrière ce genre de traitements cruels se cache en fait une industrie de divertissement traditionnelle, connue de tous.

Sam Haddock/Peta

Le gestionnaire de ce centre est la compagnie de cirque américaine Ringling Brother Circus qui emploi cette infrastructure pour faire reproduire et dresser les éléphants de cirque. Les malheureux éléphanteaux sont retirés de leurs mères peu après la naissance et entraînés pour les représentations.

Sam Haddock/Peta

Pour le dressage, les hommes utilisent un instrument appelé le « crochet ». Au bout de cette « canne de dressage », il y a deux lames qui sont généralement enfoncées dans la peau sensible de l’éléphant pour le dresser. Les images sont la triste preuve de la torture à la fois physique et mentale infligée aux animaux. Il n’est pas surprenant de savoir que cette canne a été interdite dans de nombreux États des États-Unis.

Sam Haddock/Peta

On devine que ce processus de dressage est énormément douloureux pour les éléphants lorsque l’on voit le nombre de morts. Un éléphanteau de 8 mois a dû être euthanasié après avoir chuté d’une plate-forme et s’être fracturé deux pattes. Quelques années auparavant, un éléphant de 3 ans s’est noyé après avoir couru dans le courant d’eau le plus proche pour fuir la fameuse canne de torture.

Sam Haddock/Peta

C’est à cause de ce genre d’accidents, désormais largement connus du grand publique, ainsi que de ces affreux clichés postés par l’ancien dresseur, Sam Haddock, que la compagnie Ringling a mis fin à son programme de dressage d’éléphants. Les éléphants à la retraite ont été renvoyés dans leur prison de torture : le Center for Elephant Conservation, en Floride. Personne ne sait vraiment si ces derniers sont toujours entraînés ou non. Selon la compagnie, les animaux sont également utilisés dans la recherche pour le cancer.

Néanmoins, des éléphants dans le monde continuent à être entraînés de cette façon absolument bouleversante. En Thaïlande, par exemple, les dresseurs ont recours à une technique bien particulière appelée « phajaan », dont le principe est de « briser l’esprit de l’éléphant ». D’une autre part, faire en sorte que l’éléphant soit complètement soumis aux hommes. Pour ce faire, les animaux sont battus, affamés et privés de sommeil.

Sam Haddock/Peta

Tant que des scènes violentes comme celles-ci existeront, tous les programmes comprenant des animaux servant juste à nous divertir, doivent être boycottés. Il existe dans le monde des sociétés protectrices des animaux ainsi que des réserves naturelles qui se battent pour la libération des éléphants de cirque torturés et qui méritent d’être soutenues : l’organisation Save Elephant Foundation ou la réserve naturelle Elephant Nature Park.

Des images choquantes qu’elles soient, les images ci-dessus peuvent marquer le début d’un tournant, d’une prise de conscience et d’une amélioration des conditions des éléphants. Il est temps de montrer à tous l’envers du décor magnifique et coloré des cirques !

Source  : feroce.co/cirque-elephant/?ref=fb

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *