Ce garçon est né sans visage quitte son pays pendant 2 ans. Quand il revient, on ne peut pas en croire nos yeux !

Certaines images sont choquantes et pourraient heurter la sensibilité de certains lecteurs

Yahya El Jabaly a 3 ans et vit au Maroc près de Tanger. Il est né sans visage. Sans yeux, sans mâchoire inférieure et un trou à la place du nez, l’état de ce pauvre enfant peut sembler difficile à regarder. Son handicap est dû à des complications prénatales qui ont empêché ses os de fusionner. 

Youtube / VideoInspirational

Sa vie parait difficile : il ne peut pas parler, ni jouer avec les autres enfants de son village, quand à ses parents ils lui couvrent entièrement le visage afin de le protéger du regard des autres. La famille a tout fait pour trouver un chirurgien qui accepte de prendre en charge le cas de Yahya et puisse lui reconstruire un visage, en même temps qu’un avenir. Mais c’est sans espoir. Les médecins s’accordent qu’il y a une forte chance qu’il meure à cause de l’opération puisqu’elle est trop grande.

Grâce au pouvoir d’Internet et à la solidarité des gens, tout change. Un ami du père de Yahya a l’idée un jour de publier une photo de l’enfant sur Facebook, pour lancer un appel à l’aide aux quatre coins de la planète.




Facebook/Moroccan Children’s Appeal

Après des mois d’attente, une réponse arrive enfin, depuis l’autre côté du globe. Fatima Baraka, vit en Australie et d’origine marocaine, à été émue et choquée par l’histoire de ce pauvre garçon qui vit non loin de là où elle est née. Ayant elle-même vaincu un cancer du sein, elle entend aider la famille El Jabalya du mieux qu’elle peut.

Grâce à ses contacts, Fatima appelle un chirurgien australien très réputé, Tony Holmes, connu notamment pour avoir séparé avec succès deux jumelles siamoises du Bangladesh, Trisha et Krishna. Le docteur accepte la mission. 

Je crois que c’est le droit de chacun d’avoir une apparence humaine et cet enfant n’a pas l’air humain.” confie-t-il. 

Ensuite, la générosité de Fatima ira même jusqu’à trouver de quoi loger la famille en Australie le temps que demande l’opération et elle rassemble des fonds pour pouvoir payer les coûts de la chirurgie.  La famille s’envole donc pour Melbourne, où ils rencontrent Fatima et le docteur.

Fatima raconte lors d’une émission télévisée sur la chaîne australienne Channel Seven : “Il est entré dans mon cœur, je me suis éprise de ce petit garçon… Je ne vois plus un enfant déformé, mais juste un petit garçon craquant, une très belle âme, c’est tout ce que je vois.

Youtube / VideoInspirational

Ensuite, on fait subir au petit Yahya de nombreux tests pour être sûr qu’il puisse être opéré. Les résultats des examens sont positifs et les premières opérations cranio-faciales commencent. Le docteur Holmes prévoit de rapprocher les deux parties du crâne sur le devant et de lui modeler un nez à partir de sa propre peau. Les cordes vocales étant intactes, on pourrait même tenter de lui donner la possibilité de parler.

Mais l’opération est très compliquée, et risquée, même pour le plus grand chirurgien d’Australie. Il veut l’aider, mais sait que le petit garçon peut décéder suite à l’opération.

“Ma plus grande inquiétude concerne sa capacité à subir la chirurgie, car nous ne savons vraiment pas comment il fonctionne ni comment son cerveau, surtout, fonctionne.”

 La première opération a duré près de 20 heures et a permis de construire un nouveau visage à Yahya.

 Le résultat, comme on peut le voir, est extraordinaire.

Facebook/ Fatima Baraka

Après 18 mois en Australie, le garçon âgé maintenant de 5 ans est rentré à la maison. 

Facebook/Moroccan Children’s Appeal

Il faudra d’autres opérations au petit garçon pour aller au bout du processus, mais déjà, sa vie n’a plus le même destin. Grâce à l’immense pouvoir de la médecine et surtout, à la générosité et l’amour de quelques-uns, il pourra enfin sortir de chez lui sans masque, sans peur et fier de ce qu’il est.

Source

N’oubliez pas de partager l’article pour vos amis ! Merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *